LA TROISIEME POMME ROUGE

AVATAR

«Va-t’en à la Chine d'où tu viens!»  L'abus était devenu une routine quotidienne à Sydney.  Ils ont blâmé ces riches immigrants chinois pour la hausse des prix et par la suite la disparition des Australiens locaux qui n'ont pas pu suivre. Une vieille femme australienne qui m'appelait «poubelle!» ne m'entendait pas expliquer que j'étais une Japonaise qui n'avait même pas été en Chine. Je pensais que j'avais tout laissé derrière maintenant que j’habite à Paris ... mais non!

La survie est difficile en France si vous n'avez pas de parents riches avec une large connexion.  La différence entre «qui l’ont» et «qui ne l’ont pas» est incroyable à Paris. Seulement pour les riches les meilleures marques comme Chanel ou Louis Vuitton existent. Cela fait triste de voir de nombreux Parisiens d'âge moyen se contenter de marques étrangères bon marché. Et puis on les voit, les jeunes femmes chinoises avec des sacs de marque coûteux se marcher en les hôtels 5 étoiles.  Je crois les Chinois se méritent leur succès, mais il est ennuyeux d'être arraché même sur le marché pour juste ressembler Chinois. Je n'ai pas besoin de cela parce que c'est déjà difficile si vous êtes des immigrants à Paris.


Au cours des deux dernières années, j'ai été escroqué, cambriolé, menacé pour nombreuses fois, mais rien par la main des Français. Les prédateurs étaient tous des immigrants ou dont les parents avaient été des immigrants. Je ne peux pas blâmer les gens d'extrême droite d'esprit après ma propre expérience. Donc, jusqu'à ce que le parti d'extrême droite reprenne le gouvernement français, je vais rester ici comme une étudiante de la «vie».

 Chaque société à son type d'ombre et celle de Paris a été différente de ce que j'avais vécu à Sydney ou au Japon. Mais une chose est universelle: le mal n'est pas le produit d'une poignée de criminels. Le mal est accompli par les gens qui se cachent derrière les autres. Sans aucune chance d'être pris au dépourvu, leur âme devient plus sombre chaque fois qu'ils s'en tirent avec de mauvaises actions. L'anonymat est le troisième type de diable après l'hypocrisie et le défi. Mais même dans la sécurité de l'anonymat, leur obscurité à l'intérieur s'élève graduellement jusqu'à la surface et rend leur visage douteux. Ils figurent dans mes vraies histoires d'horreur, bien que je puisse parfois jeter dans d'autres types de postes, comme la nourriture, les voyages, la réaction aux nouvelles.